Les citoyens de la Convention climat l’ont proposé, la Métropole va s’en charger

5 juillet 2023

La Convention : et après ?

Après le Conseil Métropolitain exceptionnel dédié à la Convention citoyenne pour le Climat, la Métropole passe à l’action et à l’étape de réalisation des engagements pour aller plus loin dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Affiche présentant les aides pour le solaire thermique dans un abribus (image retouchée)
La Métropole s'engage pour le développement de l'énergie solaire (image retouchée)

En 2022, la Métropole a réuni une Convention citoyenne d'une ampleur inédite dans les territoires français. Pendant 8 mois, 100 citoyens tirés au sort ont planché sur des solutions à soumettre aux élus. Ils se sont formés, ont discuté et au final, ont délibéré en soumettant en octobre 2022 plus de 200 propositions au vote des élus, qui se sont engagés à les traiter dans leur intégralité. Vendredi 28 avril dernier, la collectivité s'est prononcée sur l'ensemble des propositions formulées, qui confirment la trajectoire empruntée par la Métropole. Au total, 76% des actions proposées par les citoyens - et relevant bien des compétences de la Métropole - sont d'ores et déjà mises en place ou programmées.

La Convention rentre donc désormais dans sa phase de mise en œuvre des propositions. La Métropole a sélectionné 9 mesures qu’elle va se charger de réaliser pour illustrer ces plus de 150 engagements.


CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : UNE ROCADE À VÉLO

Afin de favoriser les déplacements à vélo et ainsi diminuer les émissions de gaz à effet liés au transport, la Convention citoyenne pour le climat a proposé à la Métropole de mettre en place une piste cyclable Chronovélo circulaire.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Créer un itinéraire Chronovélo périphérique de 1ère couronne, avec un début de réalisation en 2024. Les études opérationnelles seront engagées immédiatement.

 

 


CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : ENCORE PLUS DE SOLAIRE

Afin de décarboner notre énergie, les citoyens ont proposé que la Métropole aide à l’augmentation de la production locale d’énergies renouvelables, en accélérant le déploiement d’énergie solaire sur ses propres bâtiments, dans les entreprises et chez les particuliers.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Intensifier ces efforts pour la solarisation des zones déjà artificialisées comme les zones d’activités, les friches industrielles, les parkings, les pistes cyclables ;
  • Identifier les espaces qui pourraient faire l’objet d’une installation photovoltaïque sans dégrader le paysage et hors espaces agricoles et forestiers ;
  • Lancer une expérimentation en matière d’agrivoltaïsme.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : LE RETOUR À LA CONSIGNE DU VERRE

Afin de diminuer drastiquement notre production de déchets et notamment de plastique, les membres de la Convention ont souhaité développer la consigne, en encourageant la consigne des pots et bouteilles en verre, avec le soutien des commerces et des entreprise.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Poursuivre son accompagnement au développement des dispositifs de consigne pour réemploi après lavage et associer l’ensemble des parties prenantes concernées ;
  • Lancer une étude d’analyse de cycle de vie des contenants consignés ;
  • Identifier les leviers de massification, et les actions de la métropole pour les mettre en oeuvre ;
  • Renforcer les actions de sensibilisation des commerçants et des consommateurs sur les usages du vrac et des produits d’hygiène solides.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : LIBÉRER LES SOLS POUR AVOIR MOINS CHAUD

Afin d’adapter les villes au changement climatique ainsi que d’améliorer la qualité de vie des habitants du territoire, les citoyens proposent d’aller plus loin dans la végétalisation et dans la mise en place de la règle du « Zéro artificialisation nette », afin de libérer les sols.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Continuer de faire évoluer le PLUi, pour traduire les trajectoires carbone et zéro artificialisation nette (ZAN) du territoire dans le document d’urbanisme local, à chaque modification de droit commun ;
  • Définir et porter une politique foncière métropolitaine, via l’adoption d’une délibération cadre ;
  • Renforcer la végétalisation et la débitumisation via le plan Canopée.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : PRENDRE SOIN DE NOS FORÊTS

Afin de protéger nos arbres des incendies et accompagner leur adaptation au changement climatique, la Convention propose de planter de nouvelles essences d’arbre, plus résistants au réchauffement climatique, de protéger les arbres des incendies et d’accompagner leur adaptation en plantant de nouvelles espèces.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Poursuivre et accentuer son intervention en faveur d’une gestion équilibrée de la forêt entre prélèvement et maintien nécessaire à la captation du carbone ;
  • Lutter contre les effets du changement climatique (dépérissements dus aux sécheresses, parasites…), via la diversification d’essences d'arbres, la mise en oeuvre d'itinéraires sylvicoles adaptés.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : PETITS ET GRANDS SENSIBILISÉS À L’ENVIRONNEMENT

Afin de déclencher des changements de pratiques écologiques durables, la Convention a proposé à la Métropole de favoriser des animations pour enrichir les connaissances environnementales des petits et des grands, de 7 à 77 ans !

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Sensibiliser les habitants sur les enjeux climatiques et environnementaux et l’urgence à agir, et s’appuyer pour cela sur une large communication sur les propositions de la convention citoyenne ;
  • Optimiser ses dispositifs d’accompagnement au changement de comportement ;
  • Soutenir les projets des acteurs locaux au travers d’appels à projets thématiques ;
  • Outiller, mettre en réseau et faciliter l’action des acteurs relais du territoire, dans la continuité de la dynamique initiée par capitale verte en 2022.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : ENCOURAGER LES MÉTIERS DE LA TRANSITION

Entamer une transition écologique et solidaire passe par une réorientation des filières et des métiers, la Convention citoyenne pour le climat a donc demandé à la Métropole d’encourager les métiers de la transition, ce à quoi la Métropole a répondu favorablement en s’engageant à organiser et développer les filières qui concernent tous les métiers de la Transition écologique.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Faire évoluer les objectifs de la politique métropolitaine de l’emploi pour élargir le champ d’intervention aux métiers de la transition écologique et de la lutte contre le changement climatique ;
  • Pérenniser et renforcer les actions initiées dans le cadre de la stratégie de développement économique et de la politique métropolitaine de l’emploi et de l’insertion portée par le PLIE ;
  • Amplifier le Forum des métiers.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : LOGEMENTS : PLUS RÉNOVER POUR MOINS CONSTRUIRE

Afin de limiter l’étalement urbain, les membres de la Convention ont proposé à la Métropole de rénover plus pour moins construire ce à quoi la Métropole a répondu favorablement en s’engageant à privilégier la rénovation des logements et des locaux d’entreprises plutôt que de construire.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Revoir en 2023 son dispositif d’aide à l’acquisition-amélioration de logements sociaux par les bailleurs sociaux ;
  • A définir et porter une politique foncière métropolitaine ;
  • Résorber la vacance de logements dans un contexte de ZAN où il s’agit de réduire la production neuve ;
  • Permettre de loger des ménages demandeurs de logements sociaux et réduire les inégalités sociales ;
  • Lutter contre la précarité énergétique pour les occupants des logements qui s’inscrivent dans le dispositif de rénovation thermique MurMur ;
  • Requalifier le parc privé ancien présent sur la métropole afin de proposer des logements adaptés aux besoins des habitants ;
  • Améliorer la qualité de vie et le cadre de vie des habitants, en rendant de nouveau attractif une partie du parc privé aujourd’hui déqualifié ;
  • Agir sur les logements vacants.

CE QUE LA CONVENTION A DEMANDÉ : DES PROTÉINES VÉGÉTALES ET LOCALES !

Afin de diminuer notre consommation de viande et par conséquence la partie d'émission de gaz à effet de serre liée à l’élevage mais aussi économiser les ressources en eau et diminuer la déforestation, les membres de la Convention citoyenne pour le climat ont demandé à la Métropole plus de végétal dans nos assiettes.

CE QUE LA MÉTROPOLE S’EST ENGAGÉE À FAIRE :

  • Travailler au développement des filières (production/transformation/distribution) sur l’ensemble du territoire de l’Isère ;
  • Réserver une plus large partie des terrains du pôle agricole La Taillat de la Métropole à Meylan à la culture des légumineuses ;
  • Lancer des actions de communication et de formation sur les filières de légumineuses locales et l’agriculture locale.
Une rocade à vélo
Prendre soin de nos forêts
Encore plus de solaire
Libérer les sols pour avoir moins chaud
Encourager les métiers de la transition
Petits et grands sensibilisés à l'environnement
Retour à la consigne du verre
Logements : plus rénover pour moins construire
Des protéines végétales et locales !