Les acteurs de la Convention

Les 120 membres de la Convention sont accompagnés et formés par de nombreux experts, des scientifiques, des personnalités de la vie civile, mais aussi des garants, présents pour assurer la neutralité et la sincérité des débats.

Une assemblée de citoyens dans un amphithéâtre
Une assemblée de citoyens dans un amphithéâtre : Grenoble Alpes Métropole/Lucas Frangella
La Convention sera composée de 150 habitantes et habitants du territoire qui travailleront pendant huit mois pour faire des propositions.

120 citoyennes et citoyens de la Métropole

La Convention citoyenne pour le climat regroupe 120 personnes tirées au sort sur le périmètre des 49 communes de Grenoble Alpes Métropole. Ce groupe de personnes sera le plus représentatif possible de la diversité des habitants du territoire métropolitain.

Des équipes pour accompagner et garantir l'indépendance des débats

  • Le Comité opérationnel conduit les travaux de la Convention (sessions, auditions, relations avec les experts…). Il est constitué de personnalités proposées par la Métropole (lire ci-dessous).
  • La Commission nationale du débat public accompagne la démarche. Elle garantit l’indépendance des travaux et la transparence des données. Elle a pour cela nommé un conseiller méthodologique. Sur sa proposition, la Métropole a nommé trois garants chargés de veiller à l’impartialité, la neutralité et la sincérité des travaux de la Convention (lire ci-dessous).

  • L'équipe projet est chargée de l'organisation. Composée d'agents de Grenoble Alpes Métropole, elle gère la coordination des prestataires nécessaires à l'accompagnement et à l'animation de la Convention et les questions logistiques et administratives. Cette équipe est épaulée par des prestataires engagés sur les différentes phases du projet (tirage au sort, animation des sessions et communication).

Le Comité opérationnel

Le Comité opérationnel conduit les travaux de la Convention (sessions, auditions, relations avec les experts…) de façon indépendante. Ce Comité est constitué de personnalités, pour la plupart universitaires (sociologie, climatologie, droit environnemental...). Il est présidé par Sabine Lavorel et Thierry Ménissier.

  • Juliette Blanchet, statisticienne du climat, chargée de recherche CNRS à l’Institut des Géosciences de l’Environnement
  • Olivier Champagne, climatologue, post-doctorant CNRS à l’Institut des Géosciences de l’Environnement
  • Paulette Duarte, Enseignante-chercheure en urbanisme, laboratoire Pacte
  • Xavier Fain, paléoclimatologue, chercheur CNRS, Institut des Géosciences de l’Environnement
  • Florent Gougou, enseignant-chercheur en science politique
  • Sabine Lavorel, enseignante-chercheuse en droit public, Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes
  • Martin Ménégoz, climatologue, chargé de recherche CNRS à l'Institut des géosciences pour l'environnement de Grenoble
  • Thierry Ménissier, enseignant-chercheur en philosophie et membre de l’Institut de Philosophie de Grenoble
  • Claudia Teran Escobar, Post-doctorante en psychologie et géographie, Institut des Géosciences de l’Environnement
  • Corinne Trommsdorff, fondatrice de la société Water Cities, spécialiste en gestion durable de l'eau et de la transition vers la neutralité carbone

Un conseiller méthodologique et deux garants

Pour assurer l'indépendance des travaux de la Convention Grenoble Alpes Métropole a sollicité l'aide de la Commission nationale du débat public (CNDP) qui est l’autorité indépendante chargée de garantir le droit à l’information et à la participation aux projets ayant un impact sur l’environnement.

La CNDP a nommé :

  • Jean-Michel Fourniau, chercheur et président du groupement d’intérêt scientifique du CNRS « Participation et démocratie », comme conseiller méthodologique

Sur sa proposition, le président de la Métropole a nommé un collège de garants comprenant :

  • Marie-Sylvie Dhénin, membre de la Convention citoyenne nationale pour le climat et habitante du département de l’Isère
  • Marie-Christine Simiand, ancienne présidente du C2D
  • Loïc Blondiaux, professeur de science politique

Les garants s'assurent que les travaux de la Convention citoyenne se déroulent dans le respect des principes d'impartialité et de sincérité. Ils surveillent le bon déroulement des sessions, veillent à la neutralité du processus et au pluralisme des auditions et recueillent toutes remarques des citoyens sur le déroulement de la Convention qu'ils transmettent au Comité opérationnel. Ils peuvent produire des rapports d'observation et d'étonnement.